Apprendre
à    prendre

COMMENTAIRE
DU
COMMENT    TAIRE

mailbox.gif (26251 octets)

Qui ne doute de l'importance d'apprendre à lire pour un être humain ? Mais comment devient-on expert-lecteur - et expert tout court ? D'abord, on ne naît pas expert. On le devient. On le devient parce qu'on apprend. On apprend parce qu'on connaît, on connaît parce qu'on pratique, qu'on a pratiqué ou qu'on voit pratiquer. Peut-on alors imaginer seulement un instant de pouvoir apprendre à lire sans lire ? Mais peut-on lire, si l’on ne sait pas lire ?

C'est le paradoxe de tout apprentissage : pour apprendre ce qu'on ne sait pas faire, il faut bien faire (mais mal sans doute) ce qu’on ne sait pas (encore) faire. Comment faire autrement ? Pour apprendre à lire, il faut lire (C'est en lisant qu’on devient liseron, puisque c’est en forgeant…). On ne peut pas indéfiniment attendre de savoir nager pour aller à la piscine : on ne peut pas attendre de savoir lire pour lire - et vice inverse.

On n'apprend pas à lire à quelqu'un, il apprend à lire tout seul. Et lire est bien une activité strictement personnelle. Personne ne peut lire à ma place - et chaque fois qu'on le fait, pour m'aider me dit-on, on m'empêche de le faire moi-même (qui le fait encore si mal !)... Ce n'est pas parce qu'on m'apprend laborieusement à faire quelque chose que j'aurai plus tard plus envie de la faire. Ce n'est pas parce que je ne sais pas faire une chose ou que je la fais mal (ici, lire) que je ne suis pas en train de l'apprendre, bien au contraire. Si je la fais bien, si je la réussis, c'est que je l’ai apprise (je ne suis plus en train de l'apprendre).

Prendre des yeux des informations dans un texte écrit pour construire un sens s'apprend - tout comme prendre par 1’oreille des informations dans un texte sonore pour lui donner un sens s'apprend également. On peut l'empêcher ou on peut y aider - ou, du moins, on peut laisser apprendre.

 

Si l’on fait l’âne pour avoir du son, donner du son, c’est faire des ânes. Il faut donc couper le son. Le couper court.

Soyons clairs et ouvrons 1’œil :
devant un texte écrit,
entendons-nous bien :
taisons-nous
.

Jean-Pierre Lepri