Beaucoup d’épelé, peu de lu *

DES FINITIONS (OU PLAISIR DES SENS)

mailbox.gif (26251 octets)

Lire 1

Peut-être parce que l’écriture du français a d’abord été une transcription de la parole orale, on a longtemps pensé que lire était une sonorisation de cette transcription pour en retrouver, par le son (effectif ou virtuel), le sens. De là, le recours au " béat bât*" - par lequel, à son tour, " le bât blesse le béat " qui alors n’en peut mais. Lire, c’est dire (un écrit) – et l’on peut alors lire-dire (ou se dire) " des lettres, des mots, des phrases sans les comprendre ", comme on peut, bien entendu, aussi les comprendre, à travers leur représentation (réalisée ou mentale) phonique. La lecture est un mécanisme de conversion-traduction, en langage compréhensible par le lecteur : magnétophone, magnétoscope ou " lecteur " de disquette font précisément ce type de lecture 1.

Lire 2

D’autres lecteurs, devant un texte, ne voient pas des sons (à travers des lettres qui les transcrivent), ni même des mots, ni même des phrases, mais immédiatement du sens et des significations. Tout comme ils comprennent directement un discours oral, sans avoir besoin de le transcrire en signes visuels – ou de les y associer. L’écrit est alors vu comme une autre langue, distincte et autonome, avec son fonctionnement propre. On lit des textes, sans pouvoir les prononcer, les proférer. On lit dans les astres, dans un regard, dans un paysage, dans des écrits… Ces " textes " en disent alors beaucoup plus long que lorsqu’on les lit-dit. Le langage écrit est alors une " fonction psychique supérieure " en propre.

 

Que faire ?

D’abord et surtout, savoir de quoi l’on parle et ne pas prendre l’un pour l’autre ou ne pas (s’)entraîner à l’un pour espérer obtenir l’autre. La con-fusion est une fusion qui ne con-vient qu’aux ... ".

Ensuite choisir : recensement des lettres ou sens plein ?

Cens ou sens ?

Moralités

L’homme est un animal à sens chaud, un pur sens.

Le sens coule dans ses veines.

Qu’il n’ait plus peur de se faire un sens d’encre.

Jean-Pierre Lepri